Êtes-vous un candidat idéal ?

Êtes-vous un candidat idéal ?

FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail

Le candidat idéal n’existe pas ? C’est faux ! Quiconque recrute a en tête le profil de la personne qu’il rêverait d’avoir en face en entretien. Si vous cherchez à accéder au job de vos rêves, il est bon de vous poser la question : êtes-vous un candidat idéal ?

 

Erreur n°1 des candidats : chercher à être le candidat idéal… en soi.

On n’est pas le bon candidat en soi, on est le bon candidat pour un job en particulier. C’est ce qu’il faut être capable d’identifier. En cherchant à se donner une bonne image générale, la meilleure chose qui puisse arriver c’est d’être moyen partout !

Ce qu’on voit sur 80% des CV ou les lettres de motivations, ce sont les personnes qui se décrivent comme « ouvertes », « adaptables », « organisées », qui « travaillent en équipe »… vous pensiez que cocher les qualités les plus stéréotypées vous ferait remarquer ? C’est raté.

Cette tendance a conduit à avoir des candidatures aseptisées, sans saveur, uniformisées…En fait, tout le monde cherche à renvoyer la même image du bon collaborateur, mais personne ne se reconnait vraiment là dedans. Du coup, cette tendance a aussi conduit à donner le conseil le plus mal interprété de l’histoire du recrutement : « démarquez-vous ! »

 

Erreur n°2 : chercher à se démarquer… avec originalité.

Il faut savoir faire la différence, mettre en avant pourquoi le recruteur qui lit votre CV devrait absolument vous rencontrer. Le problème, c’est que les candidats s’en tiennent à la volonté de se démarquer, et ne se demandent pas quelle manière serait la plus appropriée. C’est la course à l’originalité.

Certes, quand on sait que notre CV arrive dans une pile qui en compte déjà plusieurs dizaines/centaines, on a tendance à vouloir taper dans l’oeil du recruteur. On a tout vu sur le sujet : CV vidéo, CV carte à gratter, CV tablette de chocolat, CV tweet, CV affiche…vous pensiez que votre originalité vous ferait sortir du lot ? C’est (souvent) raté.

Excusez la métaphore moyenne, mais on ne récupère pas un plat qui n’a pas de goût en le bourrant de sel. Retravaillez les ingrédients.

 

Vous voulez être le candidat idéal ? Repensez plutôt votre approche dans ce sens :

#1 Assurez-vous d’être aligné avec les pré-requis de l’annonce.
#2 Identifiez vos atouts personnels pour la fonction
#3 Prouvez que vous êtes la personne idéale pour aujourd’hui… et aussi sur le long terme !

Comme vous le constatez, il n’y a pas de qualités universelles à démontrer, elles sont contextualisées à votre projet.

 

Qualité #1 : Il est aligné avec les pré-requis

C’est la base, car sans ça, rien ne sert d’aller plus loin. Il y a un moyen simple de le valider : l’offre d’emploi est souvent assez explicite sur le sujet. Ce qu’il faut faire, c’est la passer en revu comme un cahier des charges. Sortez de votre condition de candidat, et demandez-vous ce à quoi fait référence le recruteur quand il attend de maîtriser telles compétences, d’avoir déjà telles expériences…

Peut-être que pour vous cette question est claire, mais si on ne vous propose pas d’entretien, c’est que ça ne l’est pas pour les recruteurs. Demandez à une personne extérieure de lire votre CV et si elle retrouve les attentes d’une offre d’emploi à laquelle vous souhaitez postuler.

Que faire si votre CV n’est pas aligné avec les pré-requis du poste ? Pragmatiquement, 3 options s’offrent à vous :

  • La préférable : Revoir la présentation de vos expériences et compétences pour que l’alignement de votre candidature saute aux yeux.
  • La réaliste : Revoir votre recherche de poste en fonction de votre profil.
  • La polémique : « Maquiller » votre CV pour passer le cap de la pré-sélection.

Chose à savoir : le tri de CV est de plus en plus automatisé et confié à des algorithmes (par analyse de mots clés). Par conséquent, il est essentiel de coller un maximum à cette règle, jusqu’à employer sur votre CV les termes mot pour mot de l’annonce.

À ce stade, vous capitalisez sur ce que vous avez et vous travaillez simplement à le présenter de façon adéquate. Cette qualité est la clé pour vous offrir une place en entretien.

 

Qualité #2 : Il est, de par sa personnalité, la personne de la situation.

Si la qualité #1 peut vous conduire à l’entretien, elle ne vous fera pas recruter. Vous devez montrer que vous allez prendre en main le job comme personne. Et pour ça, il faut vous connaitre. Qu’est-ce qui est à l’origine de votre façon unique de faire ce job ?

  • Vos études : rarement, les autres ont fait les mêmes.
  • Vos expériences : pas si vous en avez plus de 3 ans, passé ce stade ce n’est pas ce facteur qui impacte votre façon de faire.
  • Votre personnalité : définitivement ! Elle est unique, et elle conditionne la façon dont vous abordez vos relations, votre rapport au travail, et votre gestion émotionnelle.

Si vous n’avez pas encore identifié les traits de personnalité qui vous distinguent de 98% de la population, passez ces questionnaires pour le savoir :
Ce sont ceux qu’AssessFirst développe, et que vous serez amené à compléter si vous postulez dans des entreprises comme AXA, CHANEL, ETAM, BHV, SMCP, ASO …

Vous devez pouvoir expliquer pourquoi la personne que vous êtes est une formidable opportunité pour le job, car vous allez lui donner sa pleine dimension. Concrètement, le candidat idéal possède les atouts personnels suivants :

  • Il a une approche de la relation adaptée à ce qu’on va lui demander au quotidien dans son job. Si le job implique de rencontrer tous les jours de nouvelles personnes, mieux vaut être instantanément à l’aise avec les autres. De la même manière il y a plein de jobs dans lesquels rester en retrait dans la relation est tout à fait perçu comme une qualité. Les questions à vous poser : comment abordez-vous les personnes que vous ne connaissez pas ? Quel rôle jouez-vous dans un groupe de travail ? Comment faites-vous passer vos idées ? Qu’est-ce qui vous amène à vous remettre en cause ?
  • Dans son travail, il est animé par les objectifs du poste. Sur des jobs déjà bien établis et cadrés, on entend souvent des candidats dire «  j’aime quand tout est à faire, gérer plein de projets, avoir un poste qui évolue »…dans ce cas là qu’est-ce que tu fais là ? Le job proposé va juste te frustrer ! C’est important d’être en mesure de décrypter ça et de s’assurer que le job est adapté à sa façon de travailler. À noter que le rapport au travail est l’aspect le plus stable de la personnalité dans le temps. Donc rien ne sert de se dire qu’avec un peu d’efforts vous vous adapterez. Vous devez naturellement vous retrouver dans ce que vous allez faire au quotidien, et c’est mieux pour vous avant tout le reste.
  • Votre gestion émotionnelle doit faire écho à votre environnement de travail. Par exemple, l’enthousiasme n’est pas une option chez Disney, et ce serait dommage de devoir se forcer chaque matin à se déformer le visage avec un faux sourire qui retombe aussi vite qu’il est arrivé. Le candidat idéal se sent naturellement à l’aise à l’entretien car il est dans une ambiance qui lui correspond.

Un candidat idéal n’est pas là par hasard. C’est précisément sa capacité à expliquer qui il est et en quoi ça en fait la personne de la situation. Sur les 3 aspects énoncés précédemment, vous devez être en mesure d’illustrer cette alchimie.

 

Qualité #3 : Il est moteur de son propre développement.

Concrètement, comment le candidat idéal arrive à créer une confiance solide dans sa capacité à prendre en main le job visé ? En montrant qu’au-delà des pré-requis du poste, il a une démarche qui lui permettra de devenir le collaborateur idéal sur la durée. Et là où beaucoup de candidats se trompent, c’est qu’ils analysent ce besoin comme la volonté de la part des recruteurs de trouver quelqu’un de stable en poste…mais ce n’est pas vraiment ça.

Vous n’avez pas besoin de dire que vous vous voyez toujours dans la boite dans 10 ans. Ce qui rend un candidat vraiment précieux, c’est lorsqu’il explique comment il a passé son temps à apprendre de nouvelles choses par lui-même.

Soyons clairs. Vos compétences seront dépassées au mieux dans 5 ans. Recruter est un exercice d’anticipation. Un candidat qui n’apprend pas risque d’être rapidement dépassé par l’évolution de sa fonction. Un candidat qui apprend continuellement assure qu’il gardera a minima le niveau pour lequel il a été recruté. Mieux, le candidat idéal fait la différence en montrant que sa valeur ne fera que progresser au fil du temps.

Capture d’écran 2017-05-09 à 18.56.37

 

D’où vient ce potentiel d’évolution ? Il est le résultat d’un cocktail de caractéristiques :

  • De la curiosité : le candidat idéal est insatiable d’informations. On le constate très vite en entretien : aujourd’hui, tous les candidats savent qu’il faut se renseigner sur l’entreprise avant l’entretien, mais il y a une différence flagrante entre ceux tout juste capables d’en dire deux phrases et ceux qui peuvent vous réciter chaque page du site internet, qui reconnaissent le nom des employés car ils les ont stalkés sur Linkedin, et qui connaissent vos dernières actualités…
  • De l’exigence : ce qui fait qu’une personne apprend sans cesse, c’est qu’elle a conscience qu’elle ne connait pas assez de choses, qu’elle peut toujours mieux faire. C’est l’exigence qui nous fait progresser. Si on est satisfait de ce qu’on connait, à quoi bon faire les efforts d’aller plus loin ?
  • De l’intelligence : avaler de l’information est une chose, mais on attend surtout des personnes qu’elles se les approprient et en ressortent de la valeur. À ce niveau, pas de magie, c’est le niveau intellectuel de chacun qui va jouer.

Un candidat idéal est capable de présenter des connaissances qu’il a développées par lui-même, sans que personne ne lui ait jamais demandé de le faire.

 

Simon BARON

Chief Science & Innovation 🚀🚀 @AssessFirst

FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail
Marine Perrin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *